Les premiers pas de Valentine pendant le 1er confinement

Les premiers pas de Valentine pendant le 1er confinement

Assister aux premiers pas d’un enfant pendant le confinement

Valentine est une petite fille d’un couple d’amis anglais qui habite en France depuis de nombreuses années. Je suis allée leur rendre visite et nous avons assisté avec beaucoup d’émotion aux premiers pas de cette petite fille.

Attend a child s first steps during the first lockdown. Assister aux premiers pas d’un enfant pendant le premier confinement.

Comme beaucoup d’enfants de moins de 1 an, on ne se souvient pas trop de ses prouesses de débutant et il me semblait important d’immortaliser ces moments.

La frénésie du monde a ralenti, c’est la première impression que j’ai eue lors du premier confinement. Et prendre le temps d’être avec ses enfants et les voir grandir est souvent un luxe de nos jours où bien souvent les parents n’ont pas le temps de voir leurs petites merveilles grandir. J’ai demandé à sa Maman d’écrire un petit texte sur son impression sur le premier confinement. Pour vous donner une idée du contexte, ils sont une famille recomposée avec 5 enfants, avec aussi la grand-mère et la Nounou, Nora. Une grande famille confinée est alors une belle expérience, mais il vaut mieux bien s’entendre et avoir de la place pour chacun. 

Le monde s’était arrêté pendant 3 semaines…

Voici le texte de Rhona qui est anglaise, je vais ensuite tenter de retranscrire son texte en français.

L’expérience du premier confinement s’est déroulée en trois étapes très spécifiques – d’extrêmement bizarre, à joyeuse puis merveilleuse.
Le confinement nous a tous pris par surprise.  Soudain, on nous a dit ce que nous pouvions et ne pouvions plus faire. Une sensation nettement autoritaire qui était assez inconfortable. Il y avait une tension et de l’anxiété dans l’air. Nous n’avions pas peur nous-mêmes – mais il était étrange de ressentir cette atmosphère générale de panique et de désastre – la fragilité soudaine de la vie normale.  Elle vibrait tout autour de nous.  Et ne durait heureusement que quelques jours.

La deuxième phase s’est rapidement mise en place pour nous.  Nous avons continué à vivre cette nouvelle réalité étrange. Une sorte de sentiment de vacances. Nous nous sommes mis à faire des choses que nous n’avions pas le temps de faire d’habitude, à nous occuper des enfants et du jardin. Le bonheur. Jouer au cricket et au football, se promener en famille dans un silence étrangement merveilleux.  Entendre le chant des oiseaux.  Le temps de s’occuper du jardin et des projets de la maison.  Se débrouiller avec ce qu’on avait par hasard.  Etre créatif et plein de ressources.  Faire fonctionner les choses.  Nous sommes tous ici ensemble.  Plutôt occupés à faire avancer les choses et à maintenir l’élan et l’esprit de la vie normale.

La dernière partie était la meilleure.  Un nouveau rythme s’est installé – plus décontracté et harmonieux – plus de paix, plus d’espace et une sorte d’expansion interne. Les gens se sont réveillés à ce que la vie devrait être – et n’ont plus envie de revenir à la vie d’avant.  Quelques changements subtils. On observe le même effet chez les enfants.  Nous retournerons à l’école et au « monde réel », mais avec ce sentiment de libération ravivé…

The experience unfolded in three very specific stages – from extremely bizarre, to joyful and then wondrous.


Confinement took us all by surprise. Suddenly being told what we could and couldn’t do. A distinctly authoritarian sensation that was quite uncomfortable. There was a tension and anxiety in the air. We weren’t fearful ourselves – but it was odd to feel this general atmosphere of panic and disaster – the sudden fragility of normal life. It vibrated all around us. And happily lasted only a couple of days.

The second phase kicked-in quickly for us. Getting on with this strange new reality. A sort of holiday feeling. Getting round to the things you don’t usually have time for, available for the kids and the garden. Happiness. Playing cricket and football, going for family walks in the strangely wonderful silence. Hearing the birds singing.

Time to get stuck-in to the gardening and projects for the house. Managing with the stuff we happened to have. Being creative and resourceful. Making things work. All of us here together. Pretty busy – keeping things going and maintaining the momentum and the spirit of normal life.

The last part was the best. A new rhythm set in – laid-back and harmonious – more peace, more space and a sort of internal expansiveness. Felling re-awakened to what life should be like – and actively not inclined to want to go back to how life was before. Some subtle change.

Seeing the same effect on the children. We’ll go back to school and to the’ real world’, but with this rekindled feeling of liberation…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *