Confinement de la souris

Confinement de la souris

Le confinement de la souris

C’est quand même formidable d’être aujourd’hui

 

Pour vous, j’ai remis mon masque de souris, pour une protection maximal car j’ai envie de vous revoir en vrai !

Le confinement donne le tournis, temps suspendu, presque inquiétant et malgré tout reposant. On se retrouve face à soi-même

Le confinement, je connais :

Ma sœur et moi étions asthmatiques. Lorsque j’ai eu 4 ans, nous sommes restées enfermées toutes les deux avec des bonnes sœurs sévères et stricts dans un centre de santé où l’ennui était intense puisque tout ce dont je me rappelle c’est qu’il fallait être obéissantes et bien prendre nos médicaments… Le bon souvenir visuel, c’était un magnifique cerisier en fleurs. Il n’y avait pas d’école, ni internet, ni portable… ça a duré bien trop longtemps. Des mois…des années… j’ai un peu occulté cette période, ayant à cette époque créé un monde à moi qui me servait d’échappatoire. Je suis restée un peu sauvage et dyslexique… mais qu’il est bon de rêver ! Rêver m’a permis de me construire, de faire de moi qui je suis, avec ma propre histoire.
Ma grande sœur, c’était mon monde, mon tout, et elle est décédée à 19 ans. Mon père est parti avant elle, encore jeune, et je suis restée là, seule, complètement paumée, face à un monde dur et injuste aux yeux d’une ado… On est peu de chose face à la mort… Alors oui, quand on est confronté à des choses vitales, la réalité face à la mort est déroutante. Nous sommes là en mode de survie, on s’accroche à ce qui nous reste et on se bat encore car elle est belle la vie avec ses chants d’oiseaux, le bout d’humanité qui reste avec les proches ! Les enterrements me sont devenus insupportables, je ne veux plus voir la dernière image et pourtant toutes les cultures se construisent et se célèbrent face à la vie et à la mort.
Nous sommes une biodiversité en cours de ré-adaptation en face d’un gros méchant virus qui met le monde à plat… On est tout et ont est rien à la fois…

Manifester notre authenticité et nos propres talents en coulisses, pour mieux rebondir, pour préparer un monde meilleur, avec de l’art, de la culture, de l’humanisme, de la nature,… c’est possible ?

Après tout, le vrai luxe, c’est aussi d’être un libre penseur entouré de temps, d’espace et d’humanité. Être proche du sauvage, pensant, très vivant et aussi savant… Être au plus proche de nous-même et authentique même avec nos difficultés !

Après le 11 mai, tout va se ré-accélérer ?…  Quelles vont être les conséquences de l’après confinement ?

On sera peut-être fauchés et mal coiffés,… On va hésiter à se faire la bise, se serrer la main,… On aura les mains propres et on pourra partager des cacahuètes dans son bistrot. On va ré-découvrir le plaisir d’aller ensemble voir une expo pour le plaisir d’échanger, puis acheter un vrai livre chez un commerçant qui ne sera pas virtuel. Il y a du plaisir à toucher. Sans le contact physique avec l’autre, est-ce que l’on s’enferme encore plus dans son monde ? Est-ce que ça va changer notre façon de faire, de communiquer… Nos gestes, nos habitudes sont modifiés par la distance physique, la toux dans le coude et de alcool à gogo et ça risque de changer quelque comportement. Je pense aux personnes qui ont des toc et qui doivent travailler à plusieurs… ? Bientôt le dé-confinement avec gants et masques !

En attendant, je vais faire mon album de famille avec les évadés, histoire de s’évader en image. Merci à Pascal, Noëlle & Denis qui ont bravé le regard des autres avec leurs masques …

Merci à vous de me suivre, merci à ceux qui m’aident, chaque petite attention est toujours élévatrice. Sans oublier, bien sûr, toutes les personnes qui travaillent dur pour nous… et courage à ceux qui perdent des bouts de tout...

Prenez bien soin de vous et de vos proches et j’attends avec impatience le plaisir de vous revoir tous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *